Passer au contenu principal

Une bioingénieure passée de la terre à l'eau

Rédigé par: Philippe Van Lil
Date de publication: 23 déc. 2022
Catégorie:

Au sortir de l'UCL avec un doctorat en poche, Elisabeth Mauclet souhaitait s'investir dans un métier qui correspondait bien sûr à son diplôme de bioingénieure, mais aussi à ses valeurs. Pour elle, une offre d'emploi pour un poste de cadre A au sein de la cellule de coordination du laboratoire de la Société wallonne des eaux est tombée à pic. Elle a commencé il y a quatre mois.

laboratoire SWDE

Aujourd'hui âgée de 28 ans, Elisabeth Mauclet a suivi des études de bioingénieur à l'UCL. À leur terme, explique-t-elle, « j'ai poursuivi une thèse de doctorat en sciences de l'environnement. Je me suis penchée en particulier sur l'influence du changement climatique en milieu arctique. Ensuite, j'ai eu envie de participer de manière concrète et plus locale à la vie de la société dans un cadre professionnel. Alors que je m'étais surtout intéressée aux sols jusque-là dans le cadre de mes études, j'ai commencé aussi à me passionner de plus en plus pour l'eau. Une de mes connaissances m'a alors envoyé une offre d'emploi de la SWDE. Elle correspondait à pas mal de critères que j'avais retenus pour ma recherche d'emploi. »

Très vite après l'envoi de sa candidature, Elisabeth Mauclet a été contactée par la SWDE. Cela a débouché sur une prise de rendez-vous immédiate pour un test écrit en présentiel, suivi d’un entretien d’embauche. Objectif : tester ses compétences scientifiques en lien avec le poste à pourvoir et vérifier l’adéquation avec ses futurs collègues.

Large panel de formations

Depuis août dernier, Elisabeth Mauclet assume le poste de responsable de la cellule de coordination du laboratoire. Si cette cellule fonctionnait déjà, le poste d'Elisabeth n'existait pas encore : « L'idée est d'apporter un renfort pour améliorer les flux et les processus. Nous sommes par exemple en contact avec beaucoup d'autres laboratoires pour lesquels nous travaillons. Dans certains cas, des informations complémentaires sont nécessaires pour bien comprendre les demandes. J'agis alors ici comme personne de référence pour orienter nos équipes vers les bonnes informations. Auparavant, elles étaient obligées de solliciter d'autres services ou la direction. »

Très vite, à son arrivée, elle a pu aussi par exemple se rendre compte que l’un des logiciels utilisés dans le laboratoire n'était pas exploité au maximum. « Dès lors, j'ai participé à une formation pour revoir sa mise en application. Cela a permis à mes collègues d’être plus à l’aise avec cet outil auquel ils n'étaient pas encore entièrement familiarisés. »

Elisabeth Mauclet relève que, d’une manière générale, « énormément de formations sont mises à la disposition des collaborateurs. Parmi mes critères de sélection d'un emploi, j'avais envie de continuer à apprendre et à me challenger au-delà des bases qui sont les miennes. Dans mon cas, en tant que nouvelle responsable d'une cellule, j’ai pu aussi bénéficier d’une formation dans le domaine du management car je n'avais aucune expérience en la matière. »

Elisabeth Mauclet

Elisabeth Mauclet, responsable de la cellule de coordination du laboratoire.