Passer au contenu principal

Que dire de son licenciement durant un entretien d’embauche?

Date de publication: 29 avr. 2014
Catégorie:

Cela peut arriver à  tout le monde : restructuration, incompatibilité, erreur…  Votre patron vous a licencié(e), et vous êtes triste et en colère. La recherche d’emploi reprend alors, et vous vous apprêtez à  passer votre premier entretien d’embauche. Mais comment parler au recruteur de votre licenciement ? Faut-il tout déballer, ou esquiver les questions ?

La claque que vous recevez au moment où vous êtes licencié est cuisante. Vous éprouvez des sentiments négatifs sur vous-même et votre précédent employeur. Essayez d’avoir l’esprit clair avant de postuler à  nouveau. Cracher votre venin ou vous montrer négatif concernant votre précédent emploi ou employeur n’est jamais une bonne idée. Mieux vaut vous concentrer sur les aspects positifs ! Voici quelques conseils…

1. Soyez honnête

Dites honnêtement que vous avez été licencié. Si vous ne le faites pas, votre futur patron finira tout de même bien par l’apprendre à  un moment ou l’autre, ce qui peut avoir de funestes conséquences. Ne mentez pas sur les raisons de votre licenciement. Ne soyez pas trop vague à  ce sujet car le recruteur le remarquera, ce qui peut déjà  constituer une raison de vous écarter. Il est en outre beaucoup plus agréable de pouvoir relever un nouveau défi professionnel en toute honnêteté.

> Voir aussi : Comment justifier une période d'inactivité dans votre CV?

2. Restez positif

En revanche, formulez les raisons de votre licenciement de manière positive. Ne dites par exemple pas que vous vous êtes disputé avec votre patron concernant le contenu de votre travail, mais que vous aviez une vision différente concernant l’approche du travail. Parlez-en de manière honnête et objective, prenez une distance émotionnelle, dites ce qui s’est mal passé et reconnaissez que vous avez vous-même commis des erreurs. Reconnaître que vous avez commis une erreur ou pris une mauvaise décision fait de vous un collègue conscient.

3. Dites ce que vous avez appris

Ne vous exprimez pas de manière négative concernant votre mission de travail, vos collègues ou votre employeur précédent. Essayez d’évaluer votre licenciement de manière objective et citez spontanément les enseignements que vous en avez tirés. Vous donnerez ainsi une impression non pas négative ou aigrie, mais positive et motivée. Deux atouts importants.

> Voir aussi : 5 trucs pour se vendre en 1 minute chrono

4. Illustrez vos capacités sociales

Essayez de citer quelques exemples pour mettre vos capacités positives en valeur. Parlez d’ex-collègues agréables et du lien que vous avez tissé avec eux. Vous prouvez ainsi vos capacités sociales et montrez que le licenciement n’a rien à  voir avec vos qualités personnelles.

> Voir aussi : Les 10 compétences les plus demandées

5. Les employeurs compatissent aussi

Pour finir, encore une chose : si vous êtes licencié en raison d’un bagage insuffisant au niveau de la technique ou du contenu, n’hésitez pas à  suivre une formation ou un cours complémentaire. Vous prouverez ainsi que vous êtes curieux d’apprendre, que vous voulez en savoir davantage et que vous désirez évoluer dans votre fonction.

Si la crise ou une faillite constituaient la cause de votre licenciement, dites-le. Les employeurs savent très bien que des têtes peuvent tomber dans des périodes économiquement difficiles. Ajoutez éventuellement que vous pouvez parfaitement le comprendre.

> Vous recherchez un emploi, découvrez nos nombreuses offres d'emploi !