Passer au contenu principal

Les éco-hébergeurs : responsables de chambre d’hôtes plus vertes

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 3 févr. 2020

Être plus responsable et lutter contre la pollution environnementale. Un objectif répandu, voire obsessif. Pour y répondre, de nombreux métiers évoluent et se renouvellent comme celui de responsable de chambre d’hôtes. L’éco-hébergeur est né.

écotourisme

De nos jours, les enjeux environnementaux occupent une place centrale dans notre société et la préoccupent. Certains décident de marcher dans les rues pour le climat alors que d’autres optent pour une méthode de travail plus responsable. Les métiers traditionnels se mettent de plus en plus au vert. C’est notamment le cas des gestionnaires de chambre d’hôtes qui proposent des éco-hébergements, répondant à la demande d’écotourisme grandissante.

>> A lire aussi : 75% des Belges veulent lutter contre le changement climatique au travail

L’écotourisme ou tourisme vert c’est quoi ?

La notion d’écotourisme a émergé comme le corollaire de la nouvelle conscience environnementale, apparue il y a une trentaine d’années. Ce terme, créé dans les années 80, est très actuel. Il est porté par l’intérêt considérable du citoyen pour l’environnement et insiste sur les principes d’éthique et d’écocitoyenneté. L’objectif principal de cette tendance vise à limiter l’empreinte écologique laissée par les voyageurs. 

Portés par cette même ambition et en réponse à cette nouvelle forme de tourisme, les éco-hébergements se sont développés en nombre. En Belgique, ils prennent souvent l’allure de lieux insolites mais ils restent avant tout l’occasion de se retrouver dans une nature préservée, loin de toute forme de pollution.

Marion Meurant et Benoit Calozet sont responsables de la chambre d’hôtes Le Chant des étoiles depuis 7 ans dans la province de Liège et ont toujours pris le parti d’offrir une expérience unique et durable grâce à celle-ci. « Je gère aussi mon propre magasin d’alimentation bio. Travailler dans ce domaine m’a incité à élargir ma démarche et à offrir une expérience d’hébergement en lien avec la nature, entre autres en servant des petits déjeuners et des paniers repas zéro déchet accompagnés des produits bio, locaux et/ou issus du commerce équitable », explique Benoit Calozet.

Une expérience doublement écologique

L'expérience d'un éco-hébergement se veut doublement écologique puisque l'habitat en soi et l'environnement sont naturels. Souvent, ces chambres d'hôtes plus vertes se trouvent dans de vastes jardins, dans la forêt, en bord d'étendues d'eau, etc. Celles-ci sont construites avec des matériaux durables. Par exemple, le couple liégeois, a opté pour du bois et du verre et a fait appel à un artisan local pour la construction de son zome, un habitat de forme géométrique composé de losanges agencés en double spirale. « Nous voulions une construction durable qui garde  ce côté cocoon, tout en préservant la transparence qui permet de s’endormir sous les étoiles », confie Marion Meurant.

Être éco-hébergeur c’est donc favoriser le local au détriment du global et réfuter la société de consommation. « Nous misons sur une approche du marché sans intermédiaires. Le contact avec chaque client avant son séjour est important, étape habituellement inutile quand on réserve via un site comme Airbnb ou Booking. Ainsi, nous personnalisons le séjour et faisons du sur-mesure »

zome © Barbara Brixhe

Un métier humain

Outre son aspect durable, ce métier implique des rencontres et de l’investissement. On le voit, le client est roi. Il est question d’une profession avant tout humaine qui demande du bon sens : « c’est savoir écouter les visiteurs, les aider à préparer une surprise pour leur conjoint et bien entendu en être le complice discret et efficace. Il faut aimer prendre soin des gens, avoir le souci du détail et ne pas avoir peur des aspects purement logistiques », détaille la propriétaire.

Les attentes du client restent primordiales : « il y a une véritable prise de conscience globale face à la protection de l’environnement. Les touristes sont de plus en plus sensibles tout comme dans le choix de leurs loisirs et de leur façon de faire du tourisme », constate le couple.

L'éco-hébergeur cherche l’équilibre parfait. Un partage équitable entre la nature et l’humain : « nous prenons soin de la terre et des hommes. »

>> A lire aussi : 5 métiers pour les amoureux de l'environnement

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi