Passer au contenu principal

L'Enseignement de Promotion Sociale : place à ce que vous avez toujours voulu faire

Date de publication: 6 nov. 2023

Changer de job. Reprendre des études après avoir eu des enfants. Retrouver du travail à 50 ans. Décrocher un diplôme en travaillant. Valoriser ses acquis pour obtenir le salaire qu’on mérite…

    Julia - Promsoc [square] Léa - promsoc [square]

Julia et Léa, ayant suivi l'Enseignement de Promotion Sociale 

Dans un monde de plus en plus multiple, les carrières linéaires ne sont plus la norme. Les parcours de vie empruntent des chemins de plus en plus personnalisés qui amènent parfois à changer d’objectif voire à redonner sens à de « vieux rêves ». 

Autrefois appelé « cours du soir », l'Enseignement de Promotion Sociale est une filière unique pour tous ceux qui souhaitent donner une nouvelle orientation à leur vie professionnelle.

La « Promsoc », comme on l’appelle communément, propose plus de 8.000 formations différentes, dont certaines n’existent nulle part ailleurs. Du développement web à la dinanderie, en passant par les soins infirmiers, le marketing ou encore l’horticulture, l’Enseignement de Promotion Sociale offre un catalogue très diversifié permettant de répondre à de nombreux objectifs de vie.

Mais ce qui fait la particularité de l’Enseignement de Promotion Sociale, c’est qu’il délivre les mêmes diplômes que ceux qui sont délivrés dans l’enseignement ordinaire : du CEB au Master en passant par le CESS ou le Bachelier, la Promsoc permet d’obtenir le titre souvent indispensable pour décrocher un emploi ou évoluer dans sa carrière.

« J'avais besoin d'un enseignement proche de moi, de mes qualités, de mes envies et surtout un enseignement humain », raconte Julia.  « Je voulais être prof de math. J’ai retrouvé confiance en moi et en mes capacités professionnelles. Ça a changé ma vie. »

Si les diplômes en Promsoc ont la même valeur que dans l’enseignement classique, la pédagogie est toutefois très différente. « Nous pratiquons ce qu’on appelle l’andragogie, c’est-à-dire une pédagogie spécialement adaptée aux adultes », précise Renaud, enseignant en section assistant vétérinaire à Liège. « Concrètement, les groupes classes sont souvent plus petits, ce qui permet un suivi plus personnalisé. La majorité des professeurs est professionnellement active dans la branche enseignée. Et l'organisation par modules permet à chacun de suivre les cours à son rythme, que ce soit en cours du jour ou en cours du soir ».

Cette souplesse structurelle qui privilégie la qualité relationnelle a souvent un impact direct sur la qualité d’apprentissage. « Je suis passé de l'élève "qui n'a pas le niveau" et qu'on invite à abandonner à... bon élève! », sourit Charles. « Ça m'a vraiment redonné confiance en moi. J'ai trouvé un job rapidement puis j’ai fondé mon agence web ».

Reconversion professionnelle. Valorisation des acquis. Retour à la vie active… Pour beaucoup, lEnseignement de Promotion Sociale est ainsi la voie royale vers ce qu’ils ont toujours voulu faire.

Les témoignages sont issus de l’enquête Promsoc 2021, Fédération Wallonie-Bruxelles. Par respect pour les témoins, les prénoms ont été changés. 

Charles - Promsoc [square]   Mounir - promsoc [square]

Charles et Mounir, ayant suivi l'Enseignement de Promotion Sociale