Passer au contenu principal

Des rimes et des plumes pour libérer la parole au travail

Rédigé par: Liliane Fanello
Date de publication: 18 oct. 2023

Par définition, l’hôpital est un lieu où la souffrance est omniprésente. Au sein du CHU de Liège existe un service peu répandu encore dans le monde hospitalier : le service Médiation du Personnel. Il est appelé pour désamorcer les conflits entre membres du personnel et éviter toute escalade. Parmi ses outils : des ateliers d’écriture, peu communs dans le milieu professionnel… mais sacrément thérapeutiques.
CHU Liège
Dans une institution où se côtoient 6.000 collaborateurs, et où l’urgence est omniprésente, les frictions entre travailleurs font forcément partie du quotidien. Pionnier lorsqu’il a été créé voici plus de 15 ans, le Service Médiation du Personnel du CHU de Liège agit aussi bien en prévention qu’à la demande de tout membre du personnel vivant une situation de difficulté relationnelle ou de conflit au travail. « Nous cherchons à proposer aux membres du personnel des endroits où ils peuvent s’arrêter, penser à ce qui se passe, et être dans une dynamique de libération de la parole », décrit Jessica Ouraga, Médiatrice et Cheffe de ce service.  

L’hôpital, un milieu violent ?
Elle et sa collègue Héloïse De Visscher, Psychologue, sont en première ligne pour entendre les difficultés vécues par les collègues : « Actuellement, nous sommes nombreux à faire le constat d’une augmentation de la violence, de manière générale dans la société, mais aussi parmi nos patients », poursuit Jessica Ouraga. « Mais dans un hôpital, le personnel est de plus confronté de manière permanente à la souffrance des patients. Et le fait d’être souvent confronté à des choses difficiles peut aussi entrainer une plus grande irritabilité au sein des équipes. »

« Ma plume sous covid »
Durant la crise covid, où le personnel a été particulièrement éprouvé, le Service Médiation du Personnel avait mis en place une activité qu’on a plutôt coutume de retrouver dans une bibliothèque ou un centre culturel : un atelier d’écriture. C’est Héloïse De Visscher qui a eu l’idée (et qui les anime): « Les premiers ateliers étaient destinés à permettre aux membres du personnel d’exprimer ce qu’ils traversaient. » Selon elle, un atelier d’écriture a un pouvoir de libération incroyable.

A la demande des participants, l’aventure s’est poursuivie, et cela fait maintenant trois ans qu’un groupe de collègues se retrouve régulièrement pour faire courir les stylos durant quelques heures. Les thématiques ont évolué mais sont toujours en lien avec le travail : gestion des émotions, sens donné au travail, adaptation, se sentir bien/mieux au travail…  

Bienveillance et confidentialité
A chaque séance, différentes consignes d’écritures sont proposées, souvent avec une certaine progression, suivies de temps de partages. On écrit seul, à deux, ou parfois collectivement, en rimes ou en prose… On rit, on pleure, on crée, on fait parler des personnages imaginaires, on prend de la distance… « L’atelier d’écriture est là pour permettre de se déposer par écrit, en toute sécurité, bienveillance, respect et confidentialité », poursuit Héloïse De Visscher.

Une des singularités du Service Médiation du personnel est d’ailleurs son indépendance, due entre autres à sa place dans l’organigramme. « Nous sommes directement rattachés à l’Administrateur délégué, le seul à qui nous faisons un retour de nos activités, dans le respect total de la confidentialité vis-à-vis de nos interventions. Cette indépendance est capitale et correspond à la définition de la médiation, qui est indépendante, impartiale et se fait dans une démarche volontaire des personnes », précise Jessica Ouraga.

Quant à l’atelier d’écriture, certains y viennent de manière ponctuelle, d’autres se disent « accros » et prennent même congé pour y participer. « Dans un hôpital, la pression est forte et on doit être au taquet tout le temps. C’est donc important d’avoir des lieux où l’on peut s’arrêter pour retrouver un rythme plus juste. Quand on est plus en lien avec soi-même, on l’est aussi avec ce qu’on fait », termine Héloïse De Visscher.