Passer au contenu principal

De plus en plus de Belges ont quitté leur travail ces derniers mois

Date de publication: 12 sept. 2022

Le taux de départ chez les travailleurs de 30 ans au moins oscille entre 1 et 1,6%, d'après une étude de Partena Professional.

Démission

La Belgique, touchée par une vague de démissions ou de changements d’emploi ? Pas vraiment, selon la dernière étude de Partena Professional. « Cependant, en comparaison avec les données de 2020 et 2021, le nombre de travailleurs ayant quitté leur employeur a augmenté : ils étaient 2,91% de l’échantillon entre janvier et juillet 2020, puis 3,58% pour les sept premiers mois de 2021 puis 4,54% pour la même période en 2022 » constate Wim Demey, Customer Intelligence Manager chez Partena Professional.

Il est à noter également que le taux de départs chez les travailleurs de 30 ans ou moins reste stable, entre 1 et 1,6% entre janvier 2020 et juillet 2022. Par contre, les travailleurs entre 31 et 49 ans se manifestent davantage sur le marché du travail. En effet, seuls 3.20% d’entre eux seulement avaient quitté leur employeur en 2020, contre 3.80% en 2021 et ensuite 4.80% en 2022.

De manière similaire, les 50 ans et plus se réorientent de plus en plus souvent : 0.80% d’entre eux ont changé d’employeur en 2020. Ce nombre est ensuite passé à 1% en 2021 et à 1.40% en 2022.

Le taux de licenciement reste stable

Le nombre de travailleurs dont le contrat a été rompu par l’employeur est resté plus ou moins stable. Celui-ci s’est élevé respectivement à 4.58% pendant les 7 premiers mois de 2020, 4.39% en 2021 et 5.10% pendant les 7 premiers mois de 2022.

Une minorité absolue a vu son contrat rompu pour raisons médicales, mais celle-ci est en augmentation depuis 2020, passant de 0,12% à 0,26% de l’échantillon en 2021 puis à 0,36% pour les 7 premiers mois de chaque années.

>> À lire aussi : Pas de "Grande Démission" en Belgique

>> Consultez toutes nos offres d'emploi