Passer au contenu principal

De brancardier à vidéaste : la belle histoire de Luc Plas

Rédigé par: Mélodie Voué
Date de publication: 9 juin 2020

Luc Plas

« J’étais au bon endroit, au bon moment ». Voilà comment Luc Plas, brancardier sur le site de Sainte-Elisabeth à Namur depuis 2007, explique son évolution professionnelle au sein du CHU UCL Namur. Passionné par le monde de la vidéo, il s’est vu proposer un poste à mi-temps au département communication, au début du confinement. Un véritable coup de chance pour l’homme de 42 ans : «Il y a plusieurs mois, lors de l’ouverture de notre nouvelle clinique d’un jour, je ramenais un patient dans sa chambre. Il y avait un médecin en train de filmer avec son smartphone. Je lui ai donné quelques conseils. On m’a ensuite demandé de tourner à nouveau la vidéo. C’est comme ça que Patricia Winandy, la directrice du site, a découvert ma passion ». Avec la crise sanitaire, tout s’enchaine très vite. Luc est contacté pour réaliser, au départ, une seule vidéo. « Ils n’avaient personne sous la main et ils ont pensé à moi. Ils étaient contents du résultat. Patricia Winandy a alors proposé que je sois détaché au département communication, d’abord en mission. On m’a ensuite proposé un contrat à mi-temps pour réaliser toutes les productions ».

« Pas de barrière pour évoluer en interne »

Mi-mars, Luc troque donc son brancard contre sa caméra. Un rêve pour ce féru d’images, d’autant plus qu’il a pu rester dans les murs : « Le CHU, c’est une grande famille. Je souhaitais y rester. Je trouve ça incroyable qu’ils m’aient donné cette opportunité. Pouvoir réaliser ma passion en travaillant, ça surpasse de loin mes attentes. Du jour au lendemain, j’ai eu l’occasion de me déplacer sur tous les sites et de découvrir d’autres facettes et profils ». Une possibilité de mobilité dont se réjouit le brancardier : « Il n’y a pas de barrière pour évoluer en interne. Ils sont très attentifs aux talents cachés et savent donner l’opportunité aux gens qui le méritent. Je me sens reconnu par la direction. Ma chef au brancardage, Véronique Bajet, m’a toujours soutenu ».

Entre portraits de collaborateurs, tutoriels sur les procédures internes ou encore reportage sur le quotidien de résidents en maison de repos, Luc a déjà réalisé une vingtaine de vidéos pour le compte du CHU. « Nous avons encore plein d’idées pour la suite. J’ai tout de suite été intégré à une équipe de communication dynamique et enthousiaste ». Pour Luc Plas, « il y aura eu au moins des points positifs dans la crise ».

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi