Passer au contenu principal

Ce qu’il faut savoir sur les primes de fin d’année et le 13e mois

Rédigé par: Naïs Veyrier
Date de publication: 22 déc. 2023

La période de fin d'année apporte souvent son lot de questions concernant les primes de fin d'année et le fameux "treizième mois". Cette période est attendue par de nombreux travailleurs, offrant un soutien financier apprécié, surtout à une époque où l'inflation se fait sentir pour bon nombre de ménages.

PRIMES 13MOIS

Qui a droit à une prime de fin d’année ? De quel montant ? Et quid du 13e mois ? On fait le point.

Il est important de noter que le droit à une prime de fin d'année n'est pas toujours automatique. En effet, le travailleur ne reçoit une prime que si celle-ci est explicitement prévue dans son contrat de travail ou si elle est rendue obligatoire par le biais d'une convention collective de travail. Cette disposition peut varier selon le secteur d'activité ou l'entreprise.

Cette prime, souvent appelée à tort "treizième mois", n'est pas une obligation légale. Sa présence ou son absence dépend des termes du contrat de travail ou des accords collectifs en place. Les professions libérales, les pensionnés, les allocataires sociaux et les indépendants ne bénéficient généralement pas de cette prime.

Quand et comment est-elle versée ?

Normalement, la prime de fin d’année doit être versée par l’employeur avant le 31 décembre. Cependant, des dérogations peuvent exister, prévoyant un paiement en janvier, sous réserve que ces exceptions soient stipulées dans le contrat de travail ou la convention collective.

Comment est-elle calculée ?

Le montant de la prime varie en fonction de l'employeur ou de la commission paritaire. Plusieurs méthodes de calcul existent : soit sur une base forfaitaire, soit sur la base d'un mois complet de salaire. Dans ce dernier cas, le montant brut de la prime est équivalent au salaire brut mensuel, auquel est retranché 1/12 par mois pour les périodes où le travailleur n'a pas été actif.

Il est cependant essentiel de noter que bien que nommé "treizième mois", ce complément de salaire est rarement un revenu additionnel sans contrainte. Les cotisations sociales et le précompte professionnel retenu sur cette prime peuvent être plus élevés que sur la rémunération mensuelle habituelle.