Passer au contenu principal

C’est Saint-Nicolas avant l’heure : Ferrero recrute des techniciens

Date de publication: 9 nov. 2020
Catégorie:

Ferrero Arlon

L’usine Ferrero basée à Arlon recherche plusieurs techniciens. Quoi de mieux que de travailler au contact du chocolat ?

Ce n’est pas connu de tous mais l’entreprise Ferrero est également implantée en Belgique. L’usine d’Arlon est d’ailleurs la seule à produire les fameux Kinder Schoko-Bons. En prévision des fêtes de fin d’année, les lignes de production tournent à plein régime. Or, il faut du personnel pour veiller à leur bon fonctionnement. Le service de maintenance est à la recherche de techniciens pour renforcer ses effectifs. En effet ces dernières années, la multinationale a investi dans l’usine belge pour développer la production. Le staff de maintenance doit donc augmenter en conséquence.

Le service est composé de 90 personnes dont une septantaine de techniciens. Il y a trois profils de techniciens mais les plus recherchés par les ressources humaines sont les mécaniciens et électriciens-automaticiens. Être technicien en maintenance englobe différentes tâches. Au quotidien, il faut assurer le suivi des lignes de production. Il s’agit également de faire les entretiens des installations lors de la basse saison après les fêtes, c’est-à-dire de mars à juin pour Ferrero.

Qui dit nouveaux investissements dit nouveaux projets, et les techniciens y ont aussi leur rôle à jouer. En effet, il n’est pas envisageable de développer de nouvelles lignes sans avoir leur expertise sur l’intégration de ces nouveaux équipements. Au jour le jour, cette fonction offre donc un large éventail de possibilités et de jobs en fonction des nécessités. « Avec les nouveaux investissements, nous avons pas mal de technologies différentes ce qui est très intéressant au niveau de l’apprentissage. » souligne François Van Haesebroeck, Ingénieur de maintenance.

Un site de production en développement continu

Ce qui satisfait François Van Haesebroeck ce sont les investissements qui sont réalisés au niveau du site d’Arlon. « On a de très beaux outils mis à disposition, cela peut attirer pas mal de personnes » précise-t-il. Cet argent permet également de développer de nombreux projets supportés par l’engineering du Groupe, en utilisant de nouvelles technologies, tout en suivant un concept de « Lean Factory ». Bien sûr, les investissements servent aussi à réduire l’impact environnemental de la marque. Pour chaque nouveau projet les aspects énergétiques sont pris en compte. Ces technologies et équipements variés permettent à François Van Haesebroeck de constamment développer ses compétences : « Ça me motive parce que tous les jours, j’ai la possibilité d’apprendre de nouvelles choses. »

Une production maintenue malgré la crise sanitaire

Comme dans de nombreuses entreprises, la crise du covid-19 a impacté l’usine. Avec des règles strictes, la production a pu être maintenue. Cela a engendré des challenges supplémentaires à surmonter, également pour le service de maintenance en termes de gestion de matériel et des ressources internes/externes. La production atteint les volumes demandés. On devrait donc bel et bien pouvoir profiter de ces chocolats pendant les fêtes.