Passer au contenu principal

« L’emploi est une préoccupation majeure des citoyens »

Rédigé par: Laurence Briquet
Date de publication: 4 déc. 2023
Catégorie:

Le Forem a réalisé une émission, qui sera diffusée sur les réseaux sociaux mais aussi sur les sites de Références, de Sudinfo et du Soir, pour promouvoir l’emploi et susciter le « match », cette rencontre cruciale qui doit s’opérer entre un employeur et un futur employé.

Le Forem - l'Emploi, on en parle !

L’émission aborde le « match » idéal entre un employeur et un futur employé potentiel

L’emploi est, plus que jamais, une priorité pour les Wallons. « Parler d’emploi, c’est effectivement une priorité, vu le contexte économique. C’est une préoccupation majeure des citoyens », explique-t-on du côté du Forem.

Fin octobre, la Wallonie comptait 227.116 demandeurs d’emploi inoccupés (DEI). Parmi ces personnes, 51 % perçoivent des allocations de chômage ou d’insertion, 17 % sont des jeunes en stage d’insertion professionnel inscrits à la sortie des études, 11 % des autres demandeurs d’emploi inscrits obligatoirement (majoritairement à la demande d’un CPAS) et 21 % sont des demandeurs d’emploi inscrits librement afin de bénéficier des services du Forem.

Ces demandeurs d’emploi, pour 53 % sont des hommes, 21 % sont âgés de moins de 25 ans, 24 % ont 50 ans et plus, 41 % sont au plus diplômés de l’enseignement secondaire du 2ème degré tandis que 25 % sont inoccupés depuis moins de six mois et 43 % depuis deux ans et plus. Ces personnes constituent 14 % de la population active wallonne.

Modification administrative

Entre la fin des mois d’octobre 2022 et octobre 2023, le nombre de DEI a connu une hausse de 6,3 %, ce qui représente une augmentation de 13.501 personnes à un an d’écart. Il faut préciser que cette augmentation est principalement due au maintien automatique dans la catégorie de personnes librement inscrites depuis le 1er janvier 2022. Pour rappel, cette catégorie de demandeur d’emploi ne touche ni des allocations de chômage ni le revenu d’intégration sociale.

Les autres catégories sont en recul comparé à l’an dernier : le nombre de personnes qui perçoivent des allocations de chômage ou d’insertion diminue de 2,9 %. Cela correspond à 3.468 personnes en demande d’allocations de moins qu’à fin octobre 2022. Le nombre de jeunes en stage d’insertion à l’issue des études est en baisse de 15,2 % à un an d’écart, soit 6.741 personnes de moins en un an tandis que l’effectif des demandeurs d’emploi inscrits obligatoirement reste quasi stable (- 0,1 % entre fin octobre 2022 et 2023, soit 37 personnes de moins).

Une émission

Notons également qu’au cours du mois d’octobre 2023, le Forem a diffusé 38.145 offres d’emploi (offres émanant des autres Services publics de l’Emploi non comprises). Les métiers les plus recherchés sont liés à la conduite de transport de marchandises sur longue distance, la promotion des ventes, les opérations administratives ou encore la maintenance électrique ainsi que le magasinage et la préparation de commandes.

Pour faciliter la mise en relation entre les entreprises et les chercheurs d'emploi, le Forem a développé une multitude de services en ligne, notamment une application mobile qui permet aux demandeurs d’emploi d’accéder facilement à des milliers d’offres d’emploi et de postuler directement en ligne. Toutefois, l'outil phare demeure « Mon Profil ». En complétant leur profil en ligne sur le site du Forem, les citoyens ont la possibilité d'attirer l'attention des employeurs, qui peuvent les contacter directement. Cet outil permet également de générer un CV prêt à l'emploi et, surtout, de recevoir des offres personnalisées directement dans leur espace personnel Forem. En cette année 2023, plus que jamais, le match professionnel s'opère donc également en ligne.

Tous ces éléments ont poussé le Forem à réaliser une émission sur le thème, « L’emploi, on en parle », présentée par la journaliste Catarina Letor. Cette émission est visible sur ses réseaux sociaux (dont ceux du Forem) mais aussi sur les sites de Références, du Soir et de Sudinfo.  Elle aborde, en 4 séquences illustrées, le « match » idéal entre un employeur et un futur employé potentiel. Comment se préparer pour un entretien d’embauche, les avantages d’un entretien en présentiel, les Coups de Poing Pénurie pour aider les entreprises en recherche de main d’œuvre ou encore les Plans Formation-Insertion : l’émission explique tout.

Plus d'informations sur le site du Forem : leforem.be 

Partie 1 de l’émission :  « Matcher, c’est se plaire »

Un demandeur d’emploi ou candidat bien préparé pour un entretien d’embauche, c’est un candidat qui a plus de chances de séduire un potentiel employeur.

« Un bon CV, c’est évidemment l’outil indispensable pour obtenir un entretien d’embauche », explique Nadir Mouchtahi, conseiller Emploi au Forem, qui accompagne des demandeurs d’emploi en ce sens. « Il faut également bien se renseigner sur l’entreprise et sa culture avant d’aller à cet entretien, via le site web, les réseaux sociaux ou des personnes qui y travaillent déjà. Se préparer aussi à cet entretien, notamment en anticipant et en préparant certaines questions. On pense aux traditionnelles questions comme vos qualités et vos défauts, ce que vous pouvez apporter à l’entreprise, votre motivation pour le poste… Arriver à l’heure, c’est aussi primordial. Enfin, après l’entretien, il faut assurer le suivi de celui-ci, par exemple, par un petit mail de remerciement qui montrera votre intérêt pour le poste et proposera un éventuel complément d’information », ajoute-t-il. N’oubliez pas non plus de vous habiller dans le style affiché par les personnes qui travaillent déjà dans cette entreprise.

Nadir Mouchtabi - Forem [square]

Un bon CV, est l’outil indispensable pour Nadir Mouchtahi

Partie 2 : « Matcher, c’est aussi se rencontrer »

En octobre dernier, une septantaine de candidats à l’emploi ont participé à un Jobday organisé à la Clinique CHC MontLegia, à Liège. Les métiers visés concernaient les soins (infirmiers/ières, aide-soignant(e)s…) mais pas que. L’hôpital cherche également des technologues de laboratoire ou encore du personnel informatique. « Cet événement a vraiment été très convivial et nous avons été agréablement surpris par la qualité des CV et des candidatures reçus », explique Sakina Yildirim, directrice des ressources humaines du Groupe santé CHC. « L’avantage d’organise ce genre d’événement en présentiel, c’est évidemment de permettre aux candidats de rencontrer leur futur employeur ou chef de service, de créer du lien avec le candidat mais aussi de lui permettre de visiter les locaux », ajoute-t-elle, précisant que l’événement avait été organisé en partenariat avec le Forem. « Quand on a peu de moyens pour recruter sur le plan financier et humain, c’est évidemment un levier pour être plus attractif », conclut-elle.

Sakina Yildirim - Forem [square]

Sakina Yildirim a été séduite par la qulaité des CV reçus

Partie 3 : « Matcher, c’est apporter à l’autre ce dont il a besoin »

Arnaud a racheté, avec son associé Grégoire, l’entreprise Isolution, basée à Namur et active dans l’isolation. « L’ancien gérant avait déjà des contacts avec le Forem et nous avons décidé de poursuivre cette collaboration grâce à laquelle nous avons démarré une formation en isolation », explique-t-il. L’entreprise est actuellement en contact avec le Forem dans le cadre d’une opération Coup de Poing Pénurie. « Nous étions 11 personnes au départ et nous sommes désormais 44 dans l’entreprise. 80% des techniciens engagés l’ont été avec l’aide du Forem. Certaines personnes ont même commencé e formation de technicien chez nous avant d’aller vers d’autres fonctions comme gestionnaire de process ou de chantier », ajoute-t-il.  Pour l’heure, Emmanuel, 34 ans, actuel demandeur d’emploi, suit cette fameuse formation mise en place avec le Forem. Il est en stage chez Isolution. « J’ai vu qu’en 5 mois, il y avait moyen d’avoir une formation qualitative et d’avoir accès à de nouvelles compétences pour toute personne qui se montre volontaire. Et il y a un contrat à durée indéterminée à la clé », note-t-il.

Arnaud Vierendeel - Isolution [square]

Partie 4 : « Matcher, c’est avancer ensemble »

L’entreprise Dynassur, de Juprelle, en région liégeoise, fait, elle régulièrement appel au Plan Formation-Insertion, un dispositif qui permet de former un demandeur d'emploi puis de l'engager pour une durée au moins équivalente à la formation. Active dans l’assurance-crédit pour les particuliers et entreprises, elle a déjà fait appel au dispositif à plusieurs reprises. « En cherchant des aides à l’emploi, je suis tombé sur le PFI et je dois dire que c’est un outil très facile. Magique, je dirais même », explique Ludovic Detilloux, CEO de Dynassur. « Nous sommes dans une phase de croissance où nous devons engager pour avancer tout en faisant attention à nos finances. Les aides sont donc les bienvenues », ajoute-t-il. Pour cela, il peut compter sur le soutien de Sophie Paulet, conseillère PFI au Forem.

Ludovic Detilloux - Dynassur [square]

Plus d'informations sur le site du Forem : leforem.be